Une récente étude du 16 avril 2015 réalisée par le Crédit Agricole SA démontre clairement que le marché de l’immobilier retrouve de l’attractivité. Une baisse des prix ainsi que des taux d’intérêt, confortée par une conjoncture économique plus favorable et une amélioration du moral des ménages français sont autant d’éléments qui confirment bien une nette reprise de l’immobilier d’ici 2017.


L’étude réalisée début avril 2015 par Crédit Agricole SA, démontre que les prix de l’immobilier vont baisser et que les ventes vont corrélativement connaître une nette augmentation d’ici 2017.
Alors qu’en 2013 le prix du mètre carré avait été surévalué de 10%, il l’est aujourd’hui de moins en moins. Au début 2015, les prix étaient proches de leur niveau d’équilibre pour une surévaluation comprise entre 0 et 5%, soit une baisse de 5%.
Afin que cette tendance puisse continuer jusqu’en 2017, il est évident que le mètre carré doit davantage perdre de la valeur pour paraître clairement sous-évalué. L’étude du Crédit Agricole SA vient conforter cette analyse en estimant que les prix de l’ancien vont reculer de 2.5% par an entre 2015 et 2017.
Cette baisse des prix est largement confortée par d’autant d’éléments favorables à l’attractivité du marché de l’immobilier. En effet, on note une demande de logements « structurellement forte » due principalement à une démographie assez dynamique accompagnée d’un désir d’accession à la propriété et d’une saturation du marché locatif.
D’autres experts confortent cette analyse, mais sont tout de même moins optimistes. C’est notamment le cas de l’Agence de notation Standard & Poor’s qui entrevoit une baisse de 3% en 2015 et une stabilisation en 2016. Le cabinet d’études Xerfi, prévoit quant à lui un recul mais très modéré du prix du mètre carré d’ici 2020.

Pour consulter l’étude Crédit Agricole SA du 16 avril 2015 et en savoir plus, cliquez ici.